La mythologie grecque a fait le tour ou presque des sentiments et des aspirations humaines. Rien de bien nouveau sous le soleil. Le fond est constant mais le décor change. Les dieux ne sont plus les mêmes, les montagnes ne sont plus infranchissables, les animaux sauvages ne sont plus invincibles, les contrées les plus lointaines ne sont plus taboues. Toute la vie passe aujourd’hui par la technologie qui révolutionne notre cadre de vie. Ainsi, pour transposer au monde numérique la liste des défis relevés par Hercule en son temps, on pourrait demander à son successeur d’aller :

  1. refroidir les centaines, et même les milliers de centres de traitement de données (data centers) de la planète (en commençant par l’Amérique du Nord) et réduire ainsi l’empreinte écologique des données qui nous gouvernent (quand on parle de la gouvernance des données, c’est bien pour dire que ce sont les données qui gouvernent, non ?)
  2. stopper les cyberattaques pendant une durée de dix ans, qu’on se repose un peu ;
  3. extirper du web toutes les sottises qui s’y étalent, qu’on y voie clair ;
  4. éradiquer les virus informatiques qui pullulent aux quatre coins du monde numérique et s’épanouissent dans leur œuvre délétère ;
  5. expurger des serveurs des administrations et des entreprises tous les fichiers inexploitables ou inutiles, c’est-à-dire les fichiers stockés dans un format illisible ou à l’extension perdue, les documents sans lieu ni date ni auteur, les photographies des petits-enfants des collaborateurs qui sont partis en retraite depuis plus de dix ans, etc. ;
  6. dompter le grand GAFA aux quatre têtes enrubannées de dollars et aux mille bras farfouilleurs, bidouilleurs et papouilleurs qui s’immiscent dans les dessous de chaque écran ;
  7. débuguer (déboguer) le logiciel Louvois du ministère de la Défense (heureusement retiré du service) capable d’attribuer au trouffion la paie du général (et vice versa) et de donner deux paies à un capitaine et rien à un autre militaire ;
  8. dévorer les coockies trop zélés qui, non contents de faire leur boulot (tracer les visites utiles au confort des internautes en leur évitant des ressaisies), s’amusent à fliquer le chaland et refusent de lui lâcher les baskets (personnellement, j’ai essayé avec Nike, Converse et New Balance mais c’est pareil ; je pourrais peut-être essayer la marque Feiyue ?)
  9. capturer les spams de toutes les messageries, les enfermer dans un grand sac et les jeter une fois pour toute dans une réserve étanche où ils pourront s’entre-hameçonner jusqu’à ce que mort s’en suive ;
  10. dénicher un pop up universel capable de prévenir les individus quand ils sont sur écoute ;
  11. supprimer de la toile toutes les données personnelles indésirables de Pierre, Paul, Jacques, Nabilla ou Angelina ;
  12. faire fermer les comptes Facebook des personnes décédées sans e-légataires.

Pour conclure, je ne dirai qu’un mot : Bon courage !

 

1 Commentaire

Commentaires fermés