Pour info

« Pour information » : c’est un peu long.

« PI » (sur le modèle du FYI anglo-saxon) est un peu court (et puis on pense à 3,1416, ou à « et pis quoi encore ? »).

« Pour info » : c’est bien. Quand c’est employé à bon escient.

Tout écrit, tout document, a une valeur d’information. Écrire dessus « pour info » simplement pour rappeler cela est superfétatoire. Le « pour info » a un sens précis, en tout cas avait.

Le « pour info » est d’abord utilisé dans l’administration pour qualifier les copies (copies carbones puis photocopies) établies en même temps que l’original et diffusées officiellement ou ouvertement à d’autres destinataires que le destinataire de l’original parce que, pour la bonne marche de l’administration, ces autres destinataires doivent avoir connaissance de la décision ou déclaration portée par l’original (en général un courrier). L’objectif n’est pas de déclencher une action en conséquence de cette information mais de compléter la documentation de ces autres acteurs en vue d’une éventuelle décision relevant de leurs compétences et en lien avec l’affaire.

Exemple : vous êtes le président de l’association de défense du camembert au lait cru.

Chrono

Vous pensez immédiatement au chronomètre et au « top-chrono » qui va lancer votre footing, après quoi, vous jouerez peut-être au Chrono Trigger sur votre console, non sans avoir préalablement commandé une côte de bœuf chez Chrono viande (livraison à domicile en 72h) ou appelé Chrono Pizza (plus rapide) Vous n’y êtes pas. Sans rechercher les temps…

Cordialité

En matière de politesse épistolaire, nous sommes passés en guère plus deux siècles de l’humilité à la cordialité, via la fraternité et la distinction. Pendant longtemps, dans l’Occident chrétien, tout le monde était officiellement le serviteur de son interlocuteur, à commencer par le pape (servus servorum Dei). On terminait donc naturellement ses lettres par « Je…