10-lineariteLa linéarité qualifie un processus qui se déroule de matière séquentielle, d’un point A à un point B : on parle de la linéarité de la lecture (que les liens hypertextes auraient mis à mal, mais ceci est une autre histoire), de la linéarité de la langue (celle que l’on parle) ou de la linéarité en physique et en mathématiques.

Plus concrètement, la linéarité renvoie à une unité de mesure de la longueur de ce qui est disposé en ligne, par opposition à la mesure de la surface, du volume ou du poids. On parlera donc, du moins là où le système métrique prévaut, de mètres linéaires, par opposition aux mètres carrés, aux mètres cubes et aux quintaux.

Le mètre linéaire sert à évaluer d’une part des objets souples que l’on déroule comme du tissu, du ruban ou du boudin ; d’autre part des objets conditionnés que l’on stocke sur des étagères : petits pois, livres, médicaments…

L’abréviation du mètre linéaire est « ml », à ne pas confondre avec le millilitre ; il est vrai que la concurrence règne férocement dans le monde des sigles mais le développement de l’abréviation va souvent de soi (en matière de boudin, le millilitre ne permettrait même pas de se faire une idée du goût !).

Pour des raisons logistiques évidentes, les archives papier se mesurent elles aussi en mètres et en kilomètres, correspondant à la longueur de rayonnages qu’il faut pour les stocker correctement avec des équivalences standard dans les autres unités de mesure (1 m3 vaut 10 ml, 1 kilomètre nécessite une surface de 170 m² ou 80 m² si le rayonnage est mobile, etc.).

Les boîtes d’archives, c’est bien. Mais, « une boîte d’archives… qu’y a-t-il à l’intérieur d’une boîte d’archives ? » aurait fredonné Charles Trenet. Ces archives, que sont-elles ? Que disent-elles ? Que tracent-elles ? Quelle est leur densité ? Quelle est leur représentativité ? Quelle valeur possèdent-elles ? Pour qui ?

Un passage du rapport « Quel avenir des Archives de France ? » présenté au Premier ministre en mars dernier par Maurice Quénet, Conseiller d’État en service extraordinaire, laisse à penser. Page 26, consacrée à la collecte des archives des cabinets ministériels par les Archives nationales, l’auteur fait remarquer qu’elle est très inégale et que nous n’avons « aucune exhaustivité de la mémoire des différents gouvernements » et précise « 20,8 mètres linéaires collectés pour le cabinet d’Alain Richard, 70 ml collectés pour celui de Michèle Alliot-Marie, les deux versements couvrant chacun une période de cinq ans ». Ce qui nous fait une moyenne annuelle de 18,16 mètres linéaires par ministre de la Défense. Mais quel est la mesure de référence ?

Cette inflation de 333 % entre deux cabinets a-t-elle du sens ? Faut-il tenir compte de coefficients de genre (un ministre femme susciterait plus de papier) ou de support (écriture serrée sur papier fin et impression modérée de mails pour Richard, rédaction et impression allègre avec abus de chemises et sous-chemises pour Alliot-Marie) ?

Le critère logistique, le mètre linéaire, est-il le seul possible pour apprécier la mémoire de la France ? Peut-on imaginer la scène suivante un de ces jours au comptoir des Archives nationales : « Bonjour Madame, je voudrais 18 mètres de Jack Lang, s’il vous plaît », ou encore : « Je m’intéresse beaucoup à Jean-Pierre Raffarin, vous en avez combien de mètres ? ».

Au fait, vous préférez le boudin aux pommes ou le boudin aux oignons ?

 

 

3 Commentaires

  1. Pour rebondir sur la remarque de Julien, je pose cette question : l’archiviste n’est-il pas devenu un simple logisticien ? Rétrospectivement à mon activité dans le secteur public, je me souviens avoir plus souvent été une gestionnaire des boîtes, des locaux et des destructions, qu’une analyste de la valeur des documents. Alors que pour moi, la vraie compétence des archivistes est là. Voilà un véritable débat que la profession devra bien se poser un jour.

  2. Bonjour,

    Avec humour mais non sans pertinence, vous mettez le doigt sur la problématique du mètre linéaire comme indicateur de performance -et de prestige- des services et centres d’archives. Voilà qui ne pousse pas les archivistes à effectuer des éliminations dans les papiers des ministres, hauts-fonctionnaires, chercheurs…
    On m’a dit, un jour : »Un bon archiviste est un archiviste qui élimine beaucoup ». Malheureusement, il faut « faire rêver » autour des archives, et bien souvent le fameux « ml » est un argument de poids (ou de longueur, c’est au choix).

  3. Préférer le boudin aux pommes ou aux oignons? c’est comme pour le cassoulet de ma grand mère et celui du super marché.
    Je vote pour celui de ma grand-mère fait avec amour et les bons ingrédients et non pour celui qui a une belle étiquette.
    Quant au fameux boudins je crains que leur composition soit faite à la va-vite avec ce qui restait dans les placards de la cuisine, alors qu’il fallait déménager dans l’urgence! la recette est trop aléatoire.

Commentaires fermés