Chères et chers blogonautes,

Vous imaginant déjà comblé(e)s de cartes, de mails et de SMS qui vous souhaitent tout le bonheur possible pour 2014, consciente que les plus forts désirs restent sans grande prise sur le destin de tous et de chacun, mais confiante que le superflu a parfois son utilité, je me résous à vous adresser ce bouquet de vœux superfétatoires.

Aux personnes structurées, je souhaite une armoire pour ranger leurs documents ; et aux personnes non structurées, un engin classificatoire.

Aux contribuables, je souhaite de ne pas boire les paroles des politiques qui promettent la fin des surtaxes, protaxes, antitaxes, parataxes, péritaxes, contaxes et autres impôts vexatoires, sans déconvenue compensatoire à la clé ; bref, de ne pas s’en faire accroire.

Aux distraits, d’user à bon escient de leur distraction, par exemple en oubliant votre smartphone le jour où, occupé à peaufiner vos arguments pour la réunion à laquelle vous vous rendrez, vous raterez votre station de métro ou de bus, vous descendrez en catastrophe à la suivante et rebrousserez chemin dans un quartier que vous connaissez mal ; hésitant sur la rue à prendre, vous vous arrêterez quelques instants pour réfléchir et sortir votre plan pour vous situer, sans remarquer que vous stationnez devant une boutique « coquine »… Ce jour-là, vous économiserez une géolocalisation attentatoire à votre e-réputation. Bon, il reste la caméra de surveillance de la boutique d’en face qui se livre au même genre de commerce auscultatoire, mais que voulez-vous, le monde numérique n’est pas sans déboires.

Aux addicts aux réseaux sociaux et à l’actualité numérique, je souhaite d’être vigilants face au risque de constipation informationnelle, par suite d’une trop forte ingestion de graisses documentaires, d’épices mailées et de tweets enrobés de chocolat qui freinent la digestion intellectuelle et engorgent parfois les voies circulatoires de la réflexion critique (les recherches se développent pour lutter contre ces effets secondaires mais les émonctoires numériques et les e-suppositoires ne sont pas encore brevetés…).

Aux piétons de la capitale, je souhaite de savoir éviter les crachats ostentatoires, de plus en plus nombreux dans les rues de Paris (au sol et en vol),  et leurs effets tuberculosatoires (les avancées de la civilisation ne sont pas toujours jubilatoires…).

Aux gourmets, je souhaite de pouvoir se fier à leur rôtissoire, de sorte qu’elle ne transforme pas la viande de bœuf en viande de cheval (et vice-versa !), de vérifier la traçabilité obligatoire et de condamner ouvertement ceux qui confondent réfectoire et mangeoire.

Et je ne voudrais pas terminer cette liste dérisoire sans vous souhaiter une vraie année superfêtatoire, avec un accent circonflexe – tant pis pour les logiciels qui ignorent les accents car ici, précisément, le circonflexe de superfêtatoire ne l’est pas (superfétatoire) – , c’est-à-dire une année propice à de nombreuses superfêtes !


7 Commentaires

  1. Chère Marie-Anne,

    Ces vœux jaculatoires m’ont mise en joie ! Je vais les garder précieusement en mémoire, comme une formule incantatoire, résolutoire, purificatoire ou libératoire à invoquer de façon obligatoire pour éviter : déboires, idées noires, actes vexatoires et autres promesses illusoires.

    Bien à vous,

    NJ

    • Merci. Une précision: pour l’incantation, je crois qu’elle sera plus efficace si elle est prononcée à Issoire ou à Saint-Sébastien-sur-Loire.

  2. Tous mes vœux aléatoires, et que le hasard nous guide vers des rencontres improbables, des télescopages imprévus, des savoirs étonnants…

    • Merci pour vos voeux sérendipitiques!
      Merci à tous pour vos messages, en ligne et hors ligne, postopératoires et fort peu contradictoires… À lundi prochain.

  3. Oui, merci pour ces vœux. Vous souhaitant également une merveilleuse année 2014.
    Cordialement.

  4. Merci pour ces vœux originaux, humoristiques et érudits (j’ai appris quelques mots nouveaux !)

    Meilleurs vœux de santé de bonheur et de réussite pour 2014 (malheureusement, c’est plus banal …) !

    Bien cordialement, HM

Commentaires fermés