Le concept est vaste. Sur ce blog, évidemment, je limiterai mon propos à la gouvernance de l’information.

« Gouvernance de l’information » est une expression courante, intermédiaire entre « gouvernance des données » et « gouvernance documentaire », avant de devenir un jour définitive dans un glossaire partagé par tous. Une définition qui devrait tourner autour de : « dispositif stratégique (processus, normes, indicateurs) visant à responsabiliser les collaborateurs d’une entreprise pour la production, la gestion, la sécurité, la conservation, l’utilisation et la destruction de l’information, dans le respect des objectifs de l’entreprise. » (voir cet autre billet).

Et si la gouvernance de l’information était un dessert ? Qu’est-ce que ce serait ?

La question m’a traversé l’esprit et je n’ai pu l’en chasser avant d’y avoir répondu.

Ma première pensée a été pour la pièce montée. La pièce montée est une construction d’envergure à usage collectif. Sa forme évoque la hiérarchie et cela colle assez bien avec l’image du gouvernail que tient le commandant, le chef. Mais l’organisation hiérarchique n’est plus, au XXIe siècle, la structure la plus efficace dans le domaine de la maîtrise de l’information. Par ailleurs, les nombreux petits morceaux, bien qu’ils soient savamment agencés dans l’ensemble, sont indépendants les uns des autres et le croquant de la nougatine ne permet pas à la crème pâtissière de circuler aisément d’un secteur à l’autre.

J’ai également écarté le millefeuille. En effet, si l’empilement des démarches de gestion de l’information comme autant de strates qui tantôt s’effritent tantôt s’écrasent est le reflet de la réalité dans un certain nombre d’organisations, cette réalité ne saurait être qualifiée de gouvernance de l’information car justement, si on se contente d’empiler les couches, il n’y a pas de gouvernance.

L’omelette norvégienne ? Un cœur de glace avec un entourage alcoolisé qui joue avec le feu… Non, cela ne convient guère dans le monde de l’entreprise et du document.

Après quelques autres hésitations, la charlotte s’est imposée à mes yeux. La charlotte, bien sûr !

  • primo, le périmètre est bien délimité ; les biscuits à la cuiller, grâce au moule choisi par le chef, forment comme une palissade dans un matériau à la fois solide et poreux pour permettre la respiration de l’ensemble, ce qui n’est pas sans rappeler l’entreprise, avec ses contours bien définis qui autorisent cependant les flux entrants et sortants selon des voies bien orchestrées ;
  • secundo, dans l’espace ainsi circonscrit, les différents ingrédients se mélangent harmonieusement, avec des textures fermes (morceaux de fruits, ) ou onctueuses (crèmes ou compotes), le hard et le soft en quelque sorte ;
  • tertio, la charlotte connaît un grand nombre de recettes possibles grâce à une grande adaptabilité : la taille du dessert, le style de biscuits, les fruits ou le chocolat, l’ajout ou non de quelques gouttes d’alcool, etc. sont liés aux contraintes du moment, aux influences culturelles, au désir d’innovation, à la personnalité du chef, aux goûts et habitudes des consommateurs, etc. Tout comme, dans l’entreprise, la gouvernance de l’information se construit en fonction de la volonté de la direction générale, de l’environnement réglementaire, des influences externes, des risques, des compétences, etc.

Sincèrement, plus j’y songe et plus la charlotte me paraît être le bon dessert pour symboliser la gouvernance de l’information, bien meilleur en tout cas que la tarte à la crème ou l’English pudding…

 

1 Commentaire

Commentaires fermés