Mon blog – qui se veut plutôt un anti-blog – existe depuis dix-neuf mois et, si j’en crois l’outil statistique d’analyse de sa fréquentation, GoogleAnalytics, le mot-clé qui conduit le plus souvent sur le site de Marie-Anne Chabin est de très très loin : mètre linéaire.

Rigolo, non ?

Naïvement, je me serais attendue à des mots-clés du type « information numérique », « document engageant », « authenticité », « archivage », « durée de conservation » ou encore  « sérendipité ». Eh bien non !

Il est vrai qu’il y a dix-huit mois, dans la série des billets en –ité, j’ai commenté la notion de linéarité, en soulignant d’une part le caractère très élastique de cette unité de mesure des dossiers papier, d’autre part l’ineptie de confondre la mesure logistique des contenants avec la mesure intellectuelle des contenus excessivement hétérogènes qui se cachent généralement derrière le mot archives. Mon billet était illustré par une image tout à fait éloignée de la métrique archivistique. Ceux qui ne l’ont pas vue doivent absolument cliquer là avant de poursuivre: http://www.marieannechabin.fr/2011/08/linearite/.

Ce blog n’ayant pas pour objectif d’exposer les bonnes pratiques du rangement physique des archives (1 m3 = 10 ml ; 1 ml = 700 pages ; 1 kml = 170 m², etc.), le fait que l’expression « mètre linéaire » arrive en tête des mots-clés qui y conduisent se prête à diverses interprétations :

  1. les internautes en général s’intéressent beaucoup plus au mètre linéaire qu’à tout autre concept ; dans ce cas, puisque c’est le sujet-roi et que j’en parle un peu au détour de mon discours, il est normal qu’un petit pourcentage d’entre eux atterrissent sur un de mes quatre billets qui portent effectivement ce mot-clé ; les statistiques seraient donc « normales » ;
  2. les internautes qui cherchent des informations sur la question du mètre linéaire ne sont pas forcément nombreux mais les autres réponses proposées par les moteurs de recherche ne les satisfont pas et ils poursuivent leur chemin jusqu’ici, avant peut-être de continuer plus loin ;
  3. mon blog est définitivement associé par les outils qui nous gouvernent à la gestion de boîtes d’archives, ce qui en dirait long sur l’indexation automatique et la fiabilité du Web… ;
  4. dernière hypothèse : les internautes sont en grand nombre amateurs de boudin au mètre (du boudin pur porc – par les temps qui courent, il convient d’être précis !).

Dans le doute, je retiens la dernière explication qui me réjouit évidemment bien davantage que les autres…

La Pourcailhade – http://retrouvailles.24.over-blog.com

Je dois encore confesser que depuis dix-neuf mois, la seule image qui m’ait causé quelque souci de droit est l’image d’omelette illustrant le concept d’archivabilité.

Comme quoi, archivistique rime avec bonne chère. Rigolo, non ?

1 Commentaire

Commentaires fermés