L’archivage vu des supports

Les deux citations les plus anciennes du corpus (voir la présentation du corpus), et de fait les deux seules occurrences du mot archivage dans le journal Le Monde pour les années 1950, concernent le mobilier de rangement (1953, C.1) et « l’automation » (1955, C.2). Le sens d’archivage se situe là entre classement et stockage, sans que l’on puisse préciser davantage. Dans le premier article, il est d’abord question « de dossiers, de documents ou de fiches » qui sont classés, puis « d’archivage et de stockage » ; le mot archives n’apparaît pas. L’influence de l’anglais archiving sur le mot archivage est vraisemblable. Dans le second article John Diebold met en avant, il y a près de soixante ans, l’énorme avantage de l’électronique en termes de place : « les fonctions d’archivage et de classement [à noter l’ordre des mots : l’archivage apparaît ici avant le classement] d’une compagnie d’assurances, qui imposent aujourd’hui l’utilisation d’un immeuble de quinze étages et d’un personnel nombreux, pourraient être assurées par une seule machine électronique et deux opérateurs réunis dans une petite pièce ».

Pour le secteur industriel et commercial, archivage a sur l’ensemble de la période le sens de stockage de documents, pour le papier et pour le numérique, en parallèle. L’utilisation du mot archivage ajoute une connotation de durée ; il a alors le sens de conservation matérielle. On peut inférer aussique la matière stockée fait la différence : les documents, les archives stockées étant par définition différentes, à l’inverse du stock d’un produit manufacturé (boîte de petits pois ou cafetière) qui existe en centaines ou milliers d’exemplaires identiques ou du moins en lots. Les documents sont uniques et il est indispensable d’étiqueter chaque unité pour son contenu spécifique et de le stocker avec un identifiant particulier pour pouvoir retrouver celui-là parmi les autres.

Expressions pour l’environnement papier : sous le titre « usines à stocker », on indique que « l’archivage est souvent un moyen de rentabiliser des locaux inutilisables aujourd’hui » (1988, C.12) ; « après le gardiennage, la restauration ou l’archivage, les sociétés « externalisent » désormais la fonction informatique » (1998, C.17) ; « l’archivage de proximité » pris en compte dans la conception de l’espace de bureau (1993, C.15) ; « l’université accepte de limiter les espaces d’archivage » (2013, C.28).

Côté informatique, je relève les expressions suivantes : « l’archivage des examens par scanner […] sous forme de bandes ou de disques magnétiques » (1980, C.5) ; « le disque magnétique, principal support d’archivage de l’information » (2000, C.19) ; « le DVD-R deviendra le support d’archivage privilégié des albums de photos numériques » (2001, C.20) ; « l’archivage numérique représente un véritable changement. Il existe bien sûr des unités de stockage alternatives, comme le Compact Disc […] ainsi que les cartouches ZIP » (2001, C.21) ; « la vidéo numérique (capture d’images, archivage, compression, recherche, téléchargement, interface, sécurisation…) » (2002, C.22) ; dans le catalogue des services des hébergeurs, on distingue : « stockage, archivage, cloud public, cloud privé… » (2013, C.27). En 1995, « les ordinateurs actuels sont couramment équipés de trois systèmes d’archivage : le disque dur, la disquette et le CD-ROM » (C.16), mais en 2011, Pierre Assouline regrette que « nos ordinateurs courants n’étant pas équipés d’une fonction d’archivage automatique des anciens fichiers, l’historique est voué à l’effacement » (C.26).

Pour le numérique, ce qui est mis en avant dans les années 1970-1980 est d’abord la capacité de stockage : « les capacités d’archivage (un disque peut contenir quarante mille images) et de stockage » (1977, C.4) ; « le vidéodisque à laser se transforme en instrument d’archivage capable de stocker plus de 500 000 pages dactylographiées sur une seule face ! » (1982, C.6) ; un nouveau DVD « capable de stocker de 15 à 50 Gigabits (Gb) de données sur un seul disque – contre 4,7 Gb pour un DVD classique » (2006, C.23) ; « capacités de stockage portées à 32 Go et même 64 Go » (2009, C.24). [nota : ne pas confondre Gb pour gigabit (en français et en anglais), GB pour gibabyte qui est la traduction anglaise du français gigaoctet abrégé en Go].

Le mot archivage, toujours dans le sens de stockage, inclut parfois une notion de sécurité : « Côté archivage, les informaticiens [de la guérilla colombienne] font appel aux dernières techniques de stockage optique pour enregistrer les informations sensibles et les entreposer en lieu sûr » (1999, C.18).

Les articles du journal soulignent aussi la performance technique de l’archivage informatique, par exemple pour la conservation des couleurs : « la couche la plus fragile, le cyan, ne perd 1 % de densité qu’au bout de quarante-quatre ans d’archivage » (1984, C.9), ou « dans des conditions rigoureuses d’archivage, les meilleures émulsions photo et cinéma peuvent résister durant des centaines d’années sans modifications apparentes des colorants » (1987, C.10). Les technologies numériques permettent ce qui n’était pas envisageable avant : « l’archivage des clichés rendu possible par les modèles numériques » (2010, C.25).

La capacité de stockage des supports magnétiques puis optiques fait rêver. On peut sourire aujourd’hui en lisant cette remarque de 1966 : « La mémoire de masse idéale pour cet archivage semble être dans l’état actuel des techniques la mémoire à feuillets magnétiques du type du Bullrac installé à la Préfecture de police de Paris, qui permet de retrouver en un tiers de seconde n’importe quelle information…. » (C.3) car la technologie a fortement progressé en cinquante ans mais finalement la fascination pour les outils n’a guère changé depuis un demi-siècle. Quelques doutes tempèrent cependant l’enthousiasme. Anne Rey : « Le système d’archivage parfait ? C’est croire bien fort en sa pérennité. On l’a dit solide comme le diamant : éternel. Mais comme les tout premiers CD datent de dix ans seulement… (1990, C.14).

Un article de 1982 évoque « l’archivage électronique des rapports techniques » chez Elf-Aquitaine (C.7) et on voit là que l’expression archivage électronique désigne ce que l’on appellera un peu plus tard la gestion électronique de documents (GED) consistant à scanner des documents papier pour les mettre à disposition des utilisateurs, sans supprimer l’original papier. Même acception pour avec « les reproducteurs pour l’archivage électronique » de Regma (1988, C.11). Mais on parle aussi, à la même époque, d’archivage de données numériques, préoccupation « d’archivage magnétique » à l’INSEE, en lien avec la CNIL en 1983 (C.8).

Dans ce contexte, les mots archives ou archivage n’ont pas de connotation poussiéreuse ou négative ; le mot est même mis en avant au plan commercial avec « Archiv’88, le Salon de la bureautique, de la communication et de l’archivage » exporté en Chine, à Shenzhen, en 1989 (C.13).

 

Citations :

C.1. LE MOBILIER MÉTALLIQUE DE BUREAU. Qu’il s’agisse donc de classement, horizontal ou vertical, de dossiers, de documents ou de fiches divers ; de classement de microfilms, d’organisation d’économats ou de services, de fournitures, d’archivage ou de stockage, de classement de plans ou de cartes, d’équipement en bureaux,…. LE MONDE, M. VOPEL, président du Syndicat des fabricants de meubles métalliques industriels et commerciaux (10-oct-53)

C.2. L’AUTOMATION NOUVELLE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE. Un spécialiste de la question, John Diebold, est allé jusqu’à dire que les fonctions d’archivage et de classement d’une compagnie d’assurances, qui imposent aujourd’hui l’utilisation d’un immeuble de quinze étages et d’un personnel nombreux, pourraient être assurées par une seule machine électronique et deux opérateurs réunis dans une petite pièce.. LE MONDE, EDOUARD SEIDLER (01-août-55)

C.3. L’ORDINATEUR ET LA MÉDECINE. La mémoire de masse idéale pour cet archivage semble être dans l’état actuel des techniques la mémoire à feuillets magnétiques du type du Bullrac installé à la Préfecture de police de Paris, qui permet de retrouver en un tiers de seconde n’importe quelle information…. LE MONDE, (11-oct-66)

C.4. DE L’OR NOIR POUR RÊVER EN COULEURS. Les capacités d’archivage (un disque peut contenir quarante mille images) et de stockage devraient fournir un premier champ d’application à cette technique d’avenir.. LE MONDE, CLAUDE DURIEUX. (02-mai-77)

C.5. AUJOURD’HUI ET DEMAIN. L’archivage des examens par scanner se fait déjà sous forme de bandes ou de disques magnétiques. Cela est notamment dû au fait que l’il n’est capable de distinguer qu’une vingtaine de nuances de gris, quand l’ordinateur en distingue un millier.. LE MONDE, (02-janv-80)

C.6. DISQUES. Enfin, si on substitue aux images des bits informatiques, le vidéodisque à laser se transforme en instrument d’archivage capable de stocker plus de 500 000 pages dactylographiées sur une seule face ! LE MONDE, JEAN-FRANÇOIS LACAN (26-juil-82)

C.7. UN OBJECTIF À DIX ANS CHEZ ELF-AQUITAINE. Dans une prochaine étape, Elf-Aquitaine abordera la reprographie et l’archivage, bien que l’archivage électronique des rapports techniques ait déjà commencé. L’implantation de tous ces matériels n’est pas une affaire facile, car ils bouleversent peu ou prou les habitudes… LE MONDE, CG. (24-sept-82)

C.8. NOUVELLES TECHNOLOGIES, NOUVELLES PERSPECTIVES. Il faut s’associer aux travaux d’organismes qui, comme l’INSEE, se préoccupent d’archivage magnétique, et, surtout, mener une action commune avec la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), dont la mission ne contredit en rien celle des Archives de France.. LE MONDE, PAULE RENÉ-BAZIN (*) et BRUNO DELMAS (**) (05-févr-83)

C.9. LES COULEURS SE FANAIENT. C’EST FINI. Selon les calculs effectués par ses techniciens, la couche la plus fragile, le cyan, ne perd 1 % de densité qu’au bout de quarante-quatre ans d’archivage à + 5° C et 40 % d’humidité relative (et de quatre cents ans à – 10° C). LE MONDE, ROGER BELLONE (28-janv-84)

C.10. COULEURS DEVANT L’ÉTERNEL. Aujourd’hui, les experts peuvent ainsi affirmer que, dans des conditions rigoureuses d’archivage, les meilleures émulsions photo et cinéma peuvent résister durant des centaines d’années sans modifications apparentes des colorants.. , BELLONE ROGER. (28-mars-87)

C.11. RHÔNE-POULENC VEND SON SECTEUR REPROGRAPHIE. Regma est spécialisé dans la fabrication de supports pour la reprographie, de reproducteurs pour l’archivage électronique, de « toner » (encre en poudre pour photocopieurs), mais aussi dans la distribution de télécopieurs.. LE MONDE, (23-févr-88)

C.12. ENTREPÔTS:USINES À STOCKER. L’archivage est souvent un moyen de rentabiliser des locaux inutilisables aujourd’hui, comme le niveau supérieur d’un entrepôt à étages. KIS MARTINE. (22-juin-88)

C.13. ECHANGES DE SALONS. Ainsi le Comité des expositions de Paris a réussi à s’imposer comme interlocuteur européen face aux autorités chinoises pour Archiv’88, le Salon de la bureautique, de la communication et de l’archivage qui se tiendra à Shenzhen en Chine à partir du 20 mars prochain. CHIROT FRANCOISE. (18-févr-89)

C.14. LE DISQUE COMPACT AU SECOURS DE LA MUSIQUE CONTEMPORAINE Sauf-conduit pour la postérité. Le système d’archivage parfait ? C’est croire bien fort en sa pérennité. On l’a dit solide comme le diamant : éternel. Mais comme les tout premiers CD datent de dix ans seulement…, REY ANNE (18-oct-90)

C.15. INITIATIVES EXPERIENCES L’ASSURANCE QUALITÉ. Au-delà de la modernisation technologique et du mobilier plus ergonomique, la nouvelle conception de l’espace de bureau prend en compte le travail en équipe comme l’archivage de proximité. LE MONDE, LEVI CATHERINE (13-oct-93)

C.16. DE 360 000 À 120 MILLIONS D’OCTETS. Les ordinateurs actuels sont couramment équipés de trois systèmes d’archivage : le disque dur, la disquette, qui contient maintenant 1,44 Mo, et le CD-ROM. Si les deux premiers sont enregistrables, le dernier, qui contient 650 Mo, n’est utilisable qu’en lecture. (17-mai-95)

C.17. TRANSFERTS D’ACTIVITÉS ET DE SALARIÉS MODIFIENT LES CONTOURS DE L’ENTREPRISE. Après le gardiennage, la restauration ou l’archivage, les sociétés « externalisent » désormais la fonction informatique, une fonction autrement plus stratégique pour l’entreprise.. LE MONDE, LAURE BELOT (02-oct-98)

C.18. LA GUÉRILLA COLOMBIENNE NE CRAINT PAS LE BOGUE. Côté archivage, les informaticiens font appel aux dernières techniques de stockage optique pour enregistrer les informations sensibles et les entreposer en lieu sûr. Les FARC combattent le gouvernement central depuis 1964. LE MONDE, MICHEL ALBERGANTI. (25-déc-99)

C.19. LES ARCHIVES DU MONDE EN SURCHAUFFE. Tous les moyens sont donc bons pour donner un second souffle à la capacité du disque magnétique, principal support d’archivage de l’information. Reste que la part la plus fulgurante de leur évolution est derrière nous. LE MONDE, STEPHANE FOUCART (15-nov-00)

C.20. LES ENREGISTREURS DE DVD VONT ENFIN ÊTRE COMMERCIALISÉS. De même, le DVD-R deviendra le support d’archivage privilégié des albums de photos numériques produites par les appareils mégapixels (plusieurs millions de points par image). LE MONDE, MICHEL ALBERGANTI (22-mars-01)

C.21. A LA CONQUÊTE DU GRAND PUBLIC. Sans parler des entreprises, pour qui l’archivage numérique représente un véritable changement. Il existe bien sûr des unités de stockage alternatives, comme le Compact Disc (grâce aux graveurs de CD-R et RW aujourd’hui généralisés) ainsi que les cartouches ZIP. LE MONDE INTERACTIF, GUILLAUME FRAISSARD (18-avr-01)

C.22. THOMSON MULTIMEDIA ENGRANGE LES BÉNÉFICES, L’ETAT LES PLUS-VALUES. Devenu un des leaders mondiaux des technologies et services autour de la vidéo numérique (capture d’images, archivage, compression, recherche, téléchargement, interface, sécurisation…)… LE MONDE, GAELLE MACKE (13-févr-02)

C.23. GUERRE DES FORMATS ENTRE SONY ET TOSHIBA. Capable de stocker de 15 à 50 Gigabits (Gb) de données sur un seul disque – contre 4,7 Gb pour un DVD classique -, ce DVD sera présent sur le marché des films enregistrés et sur celui des supports vierges pour l’archivage, la gravure et la copie de données numériques… LE MONDE, Guillaume Fraissard (13-avr-06)

C.24. EN BREF. Avec des capacités de stockage portées à 32 Go et même 64 Go, la gamme S400 Em-Desk propose une vraie solution de poche pour le transport et l’archivage des données personnelles. SUPPLEMENT SPECIAL, (25-janv-09)

C.25. UNE MALADIE QUI PEUT ÊTRE GUÉRIE DANS 90 % DES CAS SI ELLE EST DÉTECTÉE TÔT. Sur les 2 000 appareils en service en France, 63 % sont purement analogiques et ne permettent pas l’archivage des clichés rendu possible par les modèles numériques. LE MONDE, PSa. (26-oct-10)

C.26. LA MÉMOIRE VIDE DES TEMPS INFORMATISÉS. Pour l’instant, nos ordinateurs courants n’étant pas équipés d’une fonction d’archivage automatique des anciens fichiers, l’historique est voué à l’effacement. LE MONDE DES LIVRES, Pierre Assouline (22-avr-11)

C.27. LE ROUBAISIEN OVH, DISCRET LEADER EUROPÉEN DE L’HÉBERGEMENT. Une visite sur le site de l’entreprise permet de se faire une idée de l’offre proposée : stockage, archivage, cloud public, cloud privé… Le catalogue n’a rien à envier à celui des géants américains du cloud, Amazon, Google, IBM et Microsoft. SUPPLEMENT SPECIAL, CPy (28-mai-13)

C.28. CAMPUS PARIS-DIDEROT : LA LUTTE D’UN ARCHITECTE CONTRE L’OMNIPOTENCE DE VINCI. A sa demande, l’université accepte d’ailleurs de limiter les espaces d’archivage . « Pour moi, il n’est pas question de transiger avec la sécurité. Qui, dans cinq ou dix ans, se souviendra des restrictions d’usage ? », s’insurge M. Blandin. LE MONDE, (03-juil-13)

Lire la 5e partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

*

EffacerAfficher les commentaires