Jouissance

N’étant ni juriste ni sexologue, qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire sur le sujet ?

Sans aller chercher bien loin dans ma connaissance directe et indirecte du monde profond et secret des archives, il m’est facile d’évoquer plusieurs situations en rapport avec la question.

Le cas le plus neutre est celui de l’archiviste qui, confronté à un lot d’archives de valeur historique oublié dans un grenier ou une cave, ressent tout d’un coup la joie d’être le premier à ouvrir et lire ces documents depuis leur création ou depuis leur classement, quelques siècles ou quelques décennies plus tôt. Le temps se comprime et c’est comme si on prenait un ascenseur ultra rapide pour se retrouver auprès de personnages d’une autre époque (genre Les Visiteurs mais plus subtil). Sans aller jusqu’au frisson ressenti par l’archéologue ou l’explorateur faisant soudain face à un site splendide oublié de l’humanité – tel Burckhardt découvrant Pétra (Jordanie) en 1812, il y a une jouissance certaine de l’archiviste face à sa découverte. Ce sentiment de jouissance est le plus souvent intime, solitaire, mais il peut se manifester collectivement et se partager.

À d’autres moments, une sensation de jouissance, proche de l’ivresse du pouvoir, peut s’emparer de l’archiviste en situation de

Une loi-tarentule

D’un côté, la tarentule, cette araignée dont la piqûre transmet le tarentisme, une maladie gesticulatoire et saltatoire (deux beaux adjectifs au passage). De l’autre, la loi n° 2015-195 du 20 février 2015 portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne dans les domaines de la propriété littéraire et artistique et du patrimoine culturel qui,…

Illusoire

Ce billet fait partie du triplet Illusoire–Libératoire–Purgatoire   La technologie numérique agit parfois comme une drogue, un aphrodisiaque qui procure des illusions. N’est-il pas illusoire : de croire que l’on est proche de quelqu’un parce que l’on est connecté au même réseau ? de vouloir défendre l’écologie et préserver les forêts en dématérialisant à tout va? de…

Grimoire

À côté de l’histoire qui peut être aussi bien contemporaine qu’ancienne, à côté de la mémoire qui peut-être vive aussi bien que morte, le grimoire, lui, est toujours « vieux ». Vieux et mystérieux. Grimouard rime avec Fort-Boyard. C’est typiquement dans ce genre de lieu retiré qu’on l’on s’attend à dénicher un grimoire, n’est-ce pas ? Fendant bravement…