De l’itinérance. Voilà ce que je vous souhaite pour 2016 !

Non, je ne parle de roaming et de téléphonie mobile, cette fonctionnalité de votre téléphone quand il emprunte d’autres réseaux pour assurer la continuité de vos communications où que vous vous trouviez. Je parle de votre faculté à vous mouvoir dans l’espace et dans le temps, à passer d’un lieu à l’autre, voire d’une époque à l’autre, à pratiquer la gymnastique spatio-temporelle. Une activité, bénéfique pour le corps, salutaire pour l’esprit. Il faut bouger ! Surtout après avoir fait bombance (confère www.mangerbouger.com).

Donc, tous mes vœux de bonne et belle itinérance pour 2016 ! Il s’agit de changer non seulement de ciel mais d’état d’esprit, comme l’écrivait le poète latin Horace (plus connu que Venance).

Suggestion d’itinéraire, en partant d’Ile-de-France (résidence du visiteur-type de ce blog) :

  • à Roissy-en-France, vous embarquez – si possible avec Air France – à destination de Bragance ; pendant le trajet, vous avez le temps de revoir Flashdance ou d’imaginer une romance entre Garance (Arletty) et Jack Palance (jactance de l’une, prestance de l’autre…), dans un film d’Abel Gance avec un scénario d’Anatole France (quelle invraisemblance !) ;
  • puis vol direct pour le cap de Bonne Espérance, sans marquer d’escale en Casamance (mauvaise ambiance à cause de la guerre d’indépendance, malgré la luxuriance du lieu) ; au Cap, vous admirerez la False Bay (Valsbaai en afrikaans) en feuilletant le dernier numéro de Marie-France ;
  • de là, direction Fort-de-France où Miss Martinique (qui a bien failli être Miss France 2016) vous organisera sans arrogance des vacances très tendance ; jour de repos sur la plage, où vous lirez en alternance un album sur les châteaux Renaissance et une biographie de Mendès-France (avec un peu de chance, il y aura peut-être un catalogue de Manufrance) ;
  • next step : Torrance, dans le comté de Los-Angeles, dont vous visiterez  le fer de lance : le centre commercial, Del Amo Fashion Center ;  si vous êtes consultant free-lance, vous en profiterez pour relever les discrépances avec les Dames de France ;
  • vous poursuivez avec une escale à la Nouvelle-France, sur les traces et remembrances de Jeanne Mance, co-fondatrice de Montréal, femme d‘intendance et de finance dans un but d’assistance (c’était au XVIIe siècle, bien avant les ambulances) ;
  • sur le chemin du retour, halte à Penzance (pointe de la Cornouailles) avec sa forteresse au sommet du rocher, Saint Michael’s Mount, à ne pas confondre avec notre Mont-Saint-Michel, nuance !
  • dernière étape à l’usine marémotrice de la Rance où le guide vous expliquera tout ce qu’il faut savoir sur la surveillance, la maintenance et la performance de l’installation (très peu de nuisances).

Et si la Banque de France ne vous a pas fait d’avance et que vous devez ménager la pompe à phynance, vous pourrez tout aussi bien, sans déchéance ni rouspétance, voyager de Neuilly-Plaisance à Fleurance via Saint-Bonnet-Briance (prochaine étape du tour de France ?). Autre option : itinérer, en écoutant Chante France, du lac d’Amance aux rives de la Durance en passant par Cousance.

Certes, ce n’est pas le Pérou, mais c’est quand même un peu Byzance, non ?

 

4 Commentaires

  1. Tout ça ne vaut pas un clair de lune à Exelmans !

    Je vous souhaite aussi une Bonne Année 2016.

Commentaires fermés