Passer des frissons aux excès de fièvre, voilà de quoi fragiliser une personne, même costaude.

Et il en va des personnes morales comme des personnes physiques.

26-fragiliteC’est ainsi que, dans la salle du conseil d’administration, on commença à entendre cette ritournelle célèbre mais quelque peu incongrue dans l’entreprise :

J’ai les dates qui se dilatent
Les données, modifiées
Le classement, désarmant
Les dossiers, c’est pas le pied
Côté loi, c’est pas droit
Côté fisc, que des risques
Côté CNIL, pas tranquille
Pour la veille, c’est pareil

Ah! Bon Dieu! que c’est embêtant
D’être toujours patraque,
Ah Bon Dieu! que c’est embêtant
Je ne suis pas bien portant.

Les standards, je suis en retard
Et les normes, pas conforme !
Les mots de passe, je m’en passe
Pas signé : assigné !
Et les mails qui s’emmêlent
Les contenus, biscornus
Les supports, c’est du sport
Les serveurs, c’est l’horreur
Et mon Cloud is no good
Les fichiers, ça me fait…

Ah! Bon Dieu! que c’est embêtant
J’ai bien peur que ça crâââque
Ah Bon Dieu! que c’est embêtant
Je ne suis pas cohérent !

Ce billet fait partie d’un triplet: Frilosité Fébrilité – Fragilité

7 Commentaires

  1. Bravo ! voilà un tube drôle et efficace qui pourrait bien mieux marquer les mémoires que les présentations « powerpointées » … franchement, pour aborder le thème « archivage » en réunion, ce pourrait être une belle entrée en matière à réflexion !

  2. Que ce post me fait rire ! A moins que la réalité me fasse vite revenir à la réalité et me fasse craindre « Les Portes du pénitencier ». A quand l’enregistrement 🙂 ?

    • Bonne idée !
      Je parle de l’enregistrement bien sûr, pas du pénitencier…
      Ce pourrait être a very funny « record » 😉
      Mais les paroles ne sont que du vent, c’est bien connu ; il faut des instrumentistes et des voix, des techniciens du son et de l’image, et un producteur !
      Qui est partant pour monter un spectacle en 2012 ?

  3. J’adore ! A quelques jours des fêtes et d’une année nouvelle, voila un refrain qui devrait en faire méditer plus d’un !

Commentaires fermés